EDITION    
L’inspiration du Moyen-Âge, architecture, littérature et musique

Le Moyen Âge est une source d’inspiration pour des générations d’artistes qui en font une force vive informant leur présent.

Le chant grégorien nourrit la littérature organistique depuis plus de sept siècles. Il est notamment une source d’inspiration privilégiée pour les organistes. En France, la tradition remonte à P. Attaingnant (1494-1552) et J. Titelouze (1563-163), premier fondateur de l’Ecole française, dont les compositions sont irriguées de plain-chant, précédant en cela l’orgue classique de Couperin, Grigny, Marchand… et toutes les musiques allemandes sur des chorals issus de chants grégoriens…

Au-delà du merveilleux né de l’imaginaire romantique, les recherches scientifiques ont conduit vers un renouvellement complet de la vision de cette civilisation révolue. Dans le dernier quart du XIXe s., le travail des moines de Solesmes, couronné par le motu proprio (1903) de Pie X, marque des réalisations musicales suivies d’un renouveau de musique religieuse relancé avec les organistes F. Boëly, Ch.-M. Widor, E. Gigout, L. Vierne…

 Un retour au Moyen Âge dans tous ses états traverse tout le XXe s., des buffets d’orgue néo-gothiques à tous les arts. Tournemire (1870-1939) ouvre la voie à toute une génération de compositeurs-organistes inspirés par ce chant traditionnel de l’Église et/ou des mots clés évoquant ces temps (cathédrales, roman, gothique… ) : M. Duruflé, J. Langlais, G. Litaize, J. Alain, M. Dupré, A. Reboulot… De nos jours, J.-L. Florenz, D. Roth, N. Hakim, Th. Escaich, O. Latry, T. Lacôte, F. Mulsant… donnent à leurs compositions le goût de cette sève revalorisée par Benoît XVI, dont sont imprégnés les murs séculaires de notre cathédrale.

Cette thématique inclut aussi les compostions et improvisations inspirées par notre cathédrale, chef-d’œuvre, s’il en est de l’art gothique.



Les amis du grand orgue de la cathédrale de Bourges
9 rue molière - 18000 BOURGES - Tél : 02 48 20 57 66 - orguebourges@gmail.com